Infoparks.com sur FacebookInfoparks.com sur Twitter
Infoparks App sur iTunes
Focus

REVERCHON
UN CONSTRUCTEUR FRANÇAIS

REVERCHON HISTOIRE D'UNE RÉUSSITE

Plus de 70 ans d'existence, un modeste atelier devenu entreprise internationale, trois générations se succédant qui, loin de saper le travail de la précédente le fait fructifier par son dynamisme et son goût pour l'innovation...
Entre l'univers féerique des parcs d'attractions et l'histoire de Reverchon, un point commun subjectif et une différence fondamentale. Un point commun : les deux font rêver. Une différence : la succes story du constructeur français est, elle, bel et bien réelle.

DE L'AUTO À L'AUTO-TAMPON

REVERCHON Quand, en 1915, il débarque à Paris, Gaston Reverchon n'a que 14 ans. Il travaille alors chez Renault puis Binder, firme vouée à la réparation d'automobiles de luxe, telles que Bentley ou Rolls Royce. Douze ans plus tard et fort de l'expérience acquise, Gaston se met à son compte et se spécialise dans la fabrication de pièces détachées d'automobiles de grand standing. Puisque toute belle histoire a sa part de rencontres miraculeuses, de coups de pouce inattendus du destin, relevons ceci. Parmi les amoureux de l'automobile qui constituaient alors la clientèle de Gaston Reverchon, Marcel Boussac, n'était pas le moins célèbre. Le chauffeur du prince du textile, est quant à lui amoureux des fêtes foraines... Il glisse à l'oreille de Gaston une idée qui s'avèrera géniale : pourquoi ne pas destiner sa production de grilles de radiateurs, de pare-chocs et autres phares, à l'équipement d'auto-tamponneuses ?
A l'époque, les auto-tampons ne sont rien d'autre qu'un volant et un siège fixés à une planche de bois montée sur roues. Quand, en 1929, la première auto-tamponneuse Reverchon, métallique et, surtout, inspirée des voitures américaines de l'époque, est mise en vente, le succès est immédiat.
Le modeste atelier de Gaston Reverchon grandit à mesure que la vente de ses petits bolides augmente. Dès l'avant-guerre, Gaston a l'idée de produire non plus un élément d'attraction mais une attraction complète : en 1937 naît le Télécombat, un manège de petits avions militaires. Mais ceux qui se préparent à entrer en action quelques mois plus tard sont autrement moins pacifiques : la Seconde Guerre Mondiale met l'activité de Reverchon en sommeil.

L'ÂGE D'OR

REVERCHON A la Libération, les gens ont soif de distractions, Gaston Reverchon va leur en vendre. Il est rejoint par son fils Michel puis, en 1952, par Christian, au sein de "Gaston Reverchon et ses fils". Pour ce dernier, il faut ici rendre un hommage à l'Armée de l'Air française de n'avoir pas donné satisfaction au jeune ingénieur qu'il était. Il mettra donc ses talents au service de l'industrie de l'attraction, sa formation de technicien lui permettant toutes les audaces en termes d'innovations. Car si Michel poursuit et développe la production d'auto-tamponneuses (les 1ères voitures en polyfibre en 1957), Christian améliore des manèges créés par Gaston, tels que le Télécombat ou le Bobsleigh et lance, en 1955, le premier pavillon d'auto-tamponneuses métallique.
Les produits existants sont améliorés, développés, de nouveaux manèges sont créés, et les ventes, qui se portent de mieux en mieux, traversent les frontières hexagonales dès les années 50. Cette décennie et la suivante apparaissent comme un âge d'or pour Reverchon.
En 1971, l'entreprise emploie quelque 270 personnes.

C'EST L'AMÉRIQUE !

REVERCHON Arrêtons-nous un peu sur l'année 1973. Cette année-là, Christian Reverchon présente à Chicago, ses deux dernières nouveautés, Himalaya et Paratrooper, deux manèges à révolution. L'idée est de confronter les produits Reverchon à ses concurrents internationaux, disons plus modestement, à les situer sur le marché mondial. Le public américain apprécie leur "fun" et tombe sous le charme de leur esthétique. Mais l'enthousiasme retombe quand il s'enquiert des temps de montage et de démontage des attractions : 3 jours de travail pour 3 personnes... pour une attraction américaine du même type, avec une main d'œuvre équivalente, 5 heures suffisent !
L'épisode chicagolais est significatif à bien des titres. D'une part, il constitue les premiers signes d'une volonté d'internationalisation hors-Europe de l'entreprise, d'autre part par ce qu'il renseigne effectivement sur le positionnement de ses produits, ses atouts (l'esthétique notamment), comme son point faible, en premier lieu, son temps d'assemblage et de démontage. Christian Reverchon apprend vite et retient bien.

REVERCHON SE JETTE A L'EAU

REVERCHON En 1976, Reverchon produit son premier flume ride (comprendre : une série de wagons, souvent en forme de bûche, parcourant un circuit sur l'eau) pour le parc de Bagatelle. Cette étape est importante car, comme nous le verrons, ce type d'attraction va devenir un produit-phare de Reverchon : depuis, une centaine d'entre elles on été vendues à travers le monde.
Le deuxième produit promis à un bel avenir, apparaît deux ans plus tard. Il est aussi une preuve édifiante que la leçon américaine a été prise en compte ; il s'agit du lancement, en 1978, du premier pavillon d'auto-tamponneuses à montage hydraulique. Avant ce système, la mise en place d'un tel dispositif nécessitait deux jours de travail pour 6 personnes parcourant chacune une quinzaine de kilomètres par jour pour effectuer l'ensemble des opérations... Désormais le seul propriétaire du pavillon peut s'en sortir seul : une révolution ! Grâce à cette invention Reverchon assure son succès ; ces pavillons d'une nouvelle génération représentent alors 70% de sa production.

LES TEMPS MODERNES

REVERCHON 1976, premier flume ride, 1978, premier pavillon à montage hydraulique, Cette 2e moitié des années 70 fait entrer Reverchon dans l'ère de sa modernité en ce sens que deux de ses produits-phares encore aujourd'hui sont créés. En 1982, l'histoire va encore s'accélérer : Gaston Reverchon meurt. Ses deux fils, Michel et Christian, étaient depuis déjà bien longtemps aux commandes mais la disparition du patriarche porte en elle le symbole de temps nouveaux. Car le début des années 80, c'est aussi le développement massif des parcs d'attractions.
Ainsi, la part de la production destinée aux forains itinérants entame-t-elle une décrue irréversible au profit des parcs. Désormais, l'ensemble de la production Reverchon se déclinera en version fixe et en version transportable. C'est encore le cas aujourd'hui car les forains continuent de peser entre 30 et 40% de la clientèle de l'entreprise.
En 1990, Reverchon Industries se divise en deux firmes séparées. La production historique et fondatrice des auto-tamponneuses revient à Reverchon International Design, dirigée par Michel puis par son fils Philippe, Reverchon Industries France (RIF) conservant le reste de la production, sous la tutelle de Christian, bientôt remplacé par son fils Gilles.

AUJOURD'HUI

REVERCHON A peine a-t-il pris les rênes de RIF que Gilles lance la production du 1er roller coaster Reverchon. Mais ce n'est qu'en 1996 que, pour cette attraction, l'étape décisive est franchie : le Spinning Coaster est conçu. Son originalité tient au fait que les wagons, transportant généralement 4 personnes sur une rangée, exerce une rotation complète de 360°. Dès la mise en place du premier modèle, Gilles Reverchon comprend qu'il tient là un produit promis à un grand avenir. Ce premier client, l'Espagnol Miguel Angel Bañuls Lopez évoque encore avec émotion la Feria de Cordoba, où il installe pour la première fois le Spinning Coaster... Pour satisfaire la demande, l'attraction reste la seule ouverte de la Feria jusqu'à... 6 heures du matin ! En huit jours de Feria, 77.000 personnes l'ont essayé. Et dès 1999, une vingtaine de ces Spinning Coasters sont déjà vendus à travers le monde.
Depuis deux ans, le nouveau produit développé par Reverchon est un autre roller-coaster, le gliding coaster, un grand huit suspendu.
Ce sont ces 4 produits - flume ride, spinning coaster, gliding coaster et, dans une moindre mesure, les pavillons d'auto-tamponneuses (ne représentant plus que 10% de la production) - que l'entreprise s'applique à développer. Le design, la qualité et la sécurité de ces attractions sur lesquelles l'entreprise concentre ses efforts sont au centre de ses préoccupations. Pas moins de 6 ingénieurs travaillent à la conception de ces manèges, les adaptant au gré des demandes des clients, en termes de design bien sûr mais aussi en termes de sécurité ; à titre d'exemples, ce Spinning Coaster, commandé récemment au Japon, qu'il a fallu adapter aux zones sismiques. Chaque produit est également décliné en plusieurs versions : dimensions variables, manège démontable ou fixe.

MODESTIE

REVERCHON "Avec Reverchon, t'en as pour ton pognon", comme le disent si souvent, dans leur langage fleuri, les forains, débouchés originels de l'entreprise. Comprendre : on cherche ici l'optimisation du rapport qualité/prix/rentabilité. Ce que ce forain mexicain ayant récemment acquis une attraction Reverchon pour 800.000 dollars, amortie en un an, ne démentira pas.
Aujourd'hui Gaston Reverchon Industries est une holding regroupant Reverchon Industries France, Reverchon USA (pour toute l'Amérique du Nord), et, depuis un rachat effectué en mai 2001, Hopkins Rides, une entreprise américaine spécialisée dans le "demi-sec" (les attractions à base d'eau, type flume ride). C'est aussi 120.000 tonnes d'acier utilisé depuis 1927 pour produire quelque 3000 attractions vendues dans 65 pays répartis sur 4 continents. C'est enfin un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros.
Est-ce son caractère familial qui rend Reverchon si modeste ? Car l'entreprise parle de ses attractions, comme de beaux et bons manèges, aux prix raisonnables (de 500.000 à 3 millions d'euros), accessibles à toute la famille, incontournables pour les parcs de taille moyenne (de 350.000 à 1,5 millions d'entrées).
Parcs de taille moyenne ? D'ores et déjà, deux Spinning Coasters Reverchon ont été vendus à des parcs Disney américains... Modeste, on vous disait...

Le 30/05/2002


Retour
Copyright © 1998-2018 Infoparks.com Tous droits réservés.