Infoparks.com sur FacebookInfoparks.com sur Twitter
Infoparks App sur iTunes
Focus

GREVIN & CIE
FRANCE

GREVIN & CIE LE FEUILLETON

C'est tout le petit monde des parcs de loisirs qui a été tenu en haleine durant les mois de mai et juin derniers... A côté de ce feuilleton à rebondissements, avec, dans le rôle principal, Grévin & Cie, le suspense ayant entouré le Mondial de football et Loft Story 2 font bien pâle figure. Infoparks.com revient sur les principaux épisodes de cette série palpitante.

OPA

Rappelons d'abord que Grévin & Cie est le nouveau nom du groupe Parc Astérix, qui compte une dizaine de parcs en France, mais aussi aux Pays-Bas ou en Allemagne.
Le vendredi 17 mai, la cotation de Grévin & Cie est suspendue à la demande de la de la C3D. Précisons que la C3D (Caisse des Dépôts - Développement), filiale de la Caisse des dépôts et consignations, est actionnaire majoritaire du groupe de loisirs avec 30,7% du capital. Que signifie cette suspension ? La C3D veut-elle renforcer sa présence au sein du groupe ou, au contraire, retirer ses billes ? Le suspense est à son comble... Puis finalement levé quelques jours plus tard : la C3D annonce avoir déposé une offre publique d'achat sur Grévin, au travers de sa filiale, la Compagnie des Alpes, spécialisée dans l'exploitation de domaines skiables (Tignes, La Plagne, Les Arcs, Méribel...).
Le 28 mai : le conseil d'administration de Grévin & Cie juge l'OPA insuffisante, au prix de 30 euros par action, rappelant "les perspectives favorables du groupe pour 2002 et le développement en cours de réalisation". Et Olivier de Bosredon, Pdg de Grévin & Cie d'ajouter en aparté que l'action devait être revalorisée à 38 ou 42 euros à moyen terme. On se croyait alors au dénouement du feuilleton. C'était compter sans le talent des scénaristes...

RETOURNEMENT

Le 4 juin, en effet, la CDA refait une nouvelle offre. Avec ses 33,36 euros par action, elle est loin d'atteindre les estimations de M. de Bosredon mais cette fois-ci, l'initiative est soutenue par le conseil d'administration. Dès lors, la stratégie de développement du groupe (à ce propos voir l'interview de Philippe Pichon, responsable du développement de Grévin) restera-t-elle la même ?
"Oui", répond sans ambiguïté Olivier de Bosredon, interrogé le 20 juin par infoparks.com. Et d'ajouter : "Effectivement, j'ai pu considérer que le prix proposé par la Compagnie des Alpes était un peu bas... Mais après négociations, nous sommes tombés d'accord car il n'y a pas que le prix à prendre en compte, nous avons d'autres motifs de satisfaction : les équipes restent en place et nous bénéficions de ressources supplémentaires pour renforcer notre stratégie de développement".
Une stratégie de développement, basée sur l'acquisition de parcs à l'échelle européenne, qui serait renforvée ? Est-ce à dire que la conquête du Vieux Continent va s'amplifier et s'accélérer ? "En tout cas, les années qui viennent sont capitales : l'idée est de constituer une fédération de parcs d'essence française". Et, comme le dit Philippe Pichon dans l'entretien qu'il nous accorde, "de devenir le leader européen des sites de loisirs."
Suite au prochain épidode...

Le 04/07/2002


Retour
Copyright © 1998-2018 Infoparks.com Tous droits réservés.