Infoparks.com sur FacebookInfoparks.com sur Twitter
Infoparks App sur iTunes
Historique des Parcs

Précédent - 3/5 - Suivant

XIXe siècle
Lassitude du public et fin des Tivolis

Bientôt le public se lassa devant la multiplication des Tivolis. Les attractions étaient trop violentes ou trop douces. Et tout cela devenait bien trop banal.
Conséquences, au milieu du XIXe siècle, ils avaient presque tous disparu. Les espaces somptueux furent utilisés à d'autres fins, pour des bals avec orchestres, par exemple. Quant aux attractions, elles se replièrent dans de petits parcs et elles accentuèrent leur présence dans les foires. On les découvrit aussi lors des expositions universelles, qui prirent une importance considérable.
Vers la fin du XIXe siècle, les attractions connurent de grands changements.
On découvrit les premiers " grand huit ", en bois, qui atteignaient jusqu'à 200 mètres de rails et lançaient leurs voitures à 35 km/h, les toboggans, qui étaient en osier et sur lesquels on glissait, assis sur une carpette, de 25 mètres de haut. Et aussi les trains fantômes...
Les carrousels prirent une forme moderne. Rappelons qu'à l'origine, on montait sur de vrais chevaux, qui étaient attelés au manège. Pour agrémenter l'attraction, il fallait enfiler des anneaux sur un manche fixe, c'est ce qu'on appelait le jeu de bagues. Ensuite on pensa un jour à aménager une fosse sous le carrousel, dans laquelle des ânes ou des hommes feraient tourner l'axe ; les chevaux de bois ou autres sièges furent alors suspendus. Enfin, on eut l'idée de faire tourner non plus le portique, mais un plateau circulaire avec des sièges fixes.
C'est grâce au progrès technique, avec la vapeur (1865) puis l'électricité (1890), que les attractions prirent un nouvel élan. Le public fut à nouveau conquis. Les manèges devinrent beaucoup plus puissants et maîtrisés. Et l'on découvrit de nouvelles sensations, des mouvements nouveaux : le galop, le roulis, le tangage et les montagnes russes (ondulations).

Précédent - 3/5 - Suivant
Copyright © 2000-2017 Infoparks.com Tous droits réservés.