Infoparks.com sur FacebookInfoparks.com sur Twitter
Infoparks App sur iTunes
Focus

PARCOURS ACROBATIQUES EN HAUTEUR
FRANCE

ÉTAT DU MARCHÉ

Au début on est seul. Puis on est très nombreux. Puis on est peu nombreux. Ainsi en va-t-il des producteurs sur un marché de l'offre ; et le cas des parcs dédiés aux PAH n'échappent à cette règle immuable de l'économie ouverte !
Les premiers sites ouvrent à l'amorce du deuxième tiers de la décennie 90. Ils se comptent sur les doigts d'une main et leur nombre augmente avec modération jusqu'en 1998. Un soir de cette année zidanienne, un événement va se produire : l'émission Capital de M6 consacre un sujet à une activité que l'équipe du sourcilleux Emmanuel Chain juge prometteuse, via un sujet consacré à Aventure Parc Serres-Chevalier (voir le portrait de son directeur, Denis Payan). C'est le début de l'explosion : les parcs PAH poussent comme des champignons. La conjoncture économique est alors favorable et amplifie le mouvement, pour le meilleur et parfois le pire.

UN MARCHÉ ATOMISÉ

Aujourd'hui, le marché, totalement atomisé, compte de 220 à 250 parcs, selon les sources. Une cinquantaine d'entre eux est regroupée sous un label, censé être un gage de qualité et de sécurité (une quinzaine de sites pour La Forêt de l'Aventure et Aventure Parc, une petite dizaine pour Tépacap et Indiana Parc). Ce sont ceux qu'on peut qualifier de leaders sur ce marché. Leur chiffre d'affaire, leur qualité et leur sécurité sont souvent les meilleurs, mais cette règle supporte nombre d'exceptions. Une autre famille concerne les "PAH de complément". Ainsi Aventure Land, sis à Magny-en-Vexin (95), qui, outre son PAH, propose d'autres activités. Autre cercle, celui des sites "d'opportunités", généralement créés pour capter un flux touristique. L'engouement du public est tel - Arnaud Bennet, président du SNELAC (Syndicat national des espaces de loisirs, d'attractions et culturels), parle de 3 millions de visiteurs annuels - que les PAH aiguisent bien des appétits, qu'il s'agisse d'aventuriers de l'entreprise ou de collectivités locales (en tant que gestionnaires rarement, en tant qu'investisseurs le plus souvent).

"SOMMET DE LA VAGUE"

Jean-Pierre Henry, directeur d'Aventure Land : "On est aujourd'hui au sommet de la vague". Le sommet de la vague, dernière trace d'écume avant l'écrémage...
"L'offre est désormais supérieure à la demande", considère Denis Payan. Ajoutant que "l'explosion a été favorisé par le vide juridique en termes de normes de sécurité", et voulant croire que les normes AFNOR (de conception et d'exploitation), agréées cette année par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, permettront de faire le tri.
"Pas applicables, ces règles", rétorque Jean-Pierre Henry. Elles sont pour 2 ans à l'essai, les Autorités trancheront.
D'ores et déjà, certains parcs ferment leurs portes. Les leaders ont eu maille à partir sous les coups conjugués de l'afflux d'une concurrence parfois déloyale (celle jouant avec la sécurité de ses visiteurs) et de la dégradation du contexte économique général, et tentent davantage aujourd'hui de maintenir leurs affluences, plutôt que de les augmenter.
Mais la quasi-totalité des professionnels sentent l'épurage du marché poindre. Outre les nouvelles normes, le fait que "beaucoup aient ouvert un PAH en activité complémentaire, avant de s'apercevoir qu'il s'agissait d'un vrai métier" (Jean-Pierre Henry) contribue aussi à ce mouvement.
Ainsi le marché de ces petits morceaux de forêt cessera-t-il peut-être d'être une jungle.

Le 03/08/2004


Retour
Copyright © 1998-2018 Infoparks.com Tous droits réservés.